Les archives de Beslan
Les archives de Beslan

Nombre de visites

depuis le 01.02.13

 

.

à l'association

humanitaire

 

Solidarité Enfants de Beslan


 


Beslan, 01 septembre 2004

 

 

AVERTISSEMENT

 

Le contenu de l'enquête qui suit comporte des photographies extrêmement violentes et perturbantes pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties.

 

Nous déconseillons fortement le visionnage de cette enquête en présence d'enfants ou de personnes sensibles.

 

 

 

 

1ere partie

 

 

Le 25 Août 2004, les membres du groupe armé qui ont planifié la prise d'otages de l'école de Beslan, commencent à se rassembler dans des bois près du village de PSEDAKH, en Ingouchie (à environ 30 km de Beslan).

 

Le groupe armé est dirigé par un ingouche de 31 ans, Ruslan KHUCHBAROV, aussi connu sous le pseudonyme de "POLKOVNIK" ("Le Colonel") ou de "RASUL". Ruslan KHUCHBAROV a apporté son "savoir faire" de terroriste à Chamil BASSAÏEV afin de mener à bien cette mission de transformation du Caucase du Nord Russe en un État islamique indépendant.

Chamil BASSAÏEV (à droite) et Ruslan KHUCHBAROV au camp de base des terroristes. Chamil Bassaïev y a été présent très brièvement afin d'y effectuer une formation.
Vladimir KHODOV (à droite), alias "Abdullah" avec l'une des femmes kamikazes. Vladimir KHODOV a été particulièrement remarqué par les otages survivants, pour sa cruauté.

Il est tout à fait possible que la femme terroriste n'ait eu aucune connaissance du véritable but de la mission. Certains membres du gang, dont au moins une femme, pensaient qu'ils partaient pour prendre d'assaut le commissariat de police de la ville.

 

Contrairement à ce que prétend une "fausse information", le fusil de sniper sur la photo ci-dessous n'est pas un "Vintorez" mais un "VSK-94". Ce fusil a été utilisé par "Polkovnik" mais n'a pas été retrouvé dans l'école le 03 septembre, conduisant certains à croire que "Polkovnik" avait réussi à s'échapper avec l'arme. Il est beaucoup plus probable que cette arme, de grande qualité et fiabilité, est été volée (prise comme un trophée). Son propriétaire n'a certainement pas pu aller n'importe où. Sauf, si tout va bien, en enfer…

Le fusil VSK-94 pendu à un d'arbre, dans le camp de base.
Fusil VSK-94
Fusil "Vintorez"

Le groupe armé quitte le camp le 1er Septembre, autour de 07h00-07h30.

Il s'agit de la carte de leur itinéraire (Itinéraire : ligne noire du haut vers le bas / "1.09.04" : point de départ). ( Cliquez sur la carte pour l'agrandir )

Une autre "désinformation" veut que, les terroristes auraient soudoyé les autorités locales pour qu'ils puissent passer au travers de différents postes de contrôles : possible en théorie, mais un pot de vin n'était pas nécessaire compte tenu de la taille du groupe. En fait, ils ont pris d'anciens chemins dans les bois que les contrebandiers locaux utilisent pour le trafic d'alcool (Beslan est connu pour ses usines de production d'alcool), et ont tout simplement contourné les très rares barrages routiers...

 

Sultan Gurazhev témoigne lors du procès de Nourpachi Kulayev, le seul terroriste survivant que l'on voit ici à gauche derrière la protection vitrée.

Le major Sultan GURAZHEV, inspecteur de la police locale dans le village de Khurikau, déclare avoir vu le véhicule des terroristes qu'il aurait pris en chasse. Mais il aurait été pris en otage par quatre membres du groupe armé qui auraient pris place dans sa voiture. Par la suite, il aurait réussi à s'enfuir. Certes, Sultan GURAZHEV est devenu un suspect, mais aucune preuve de son implication criminelle n'a jamais été établie à ce jour.

 

... au même moment, la célébration de la nouvelle année scolaire débute dans la cour de l'école N°1 de Beslan. En Russie, le premier jour d'école est un grand événement que l'on fête en présence de nombreux membres de la famille. La cour de l'école est remplie de monde. Il est impossible de donner un chiffre exact, mais il y a entre 1200 et 1300 personnes présentes.

 

La célébration est filmée par des parents à l'aide d'une caméra vidéo. Plus tard, c'est cette même caméra vidéo que les terroristes utiliserons pour filmer la prise d'otages.

 

Le titre "ВРЕМЯ ВЕСЕЛЬЯ" en langue russe que l'on voit en superposition sur les images vidéo, signifie en français : "MOMENT DE PLAISIR". Quels que soient les terroristes qui filmeront plus tard, le titre ne changera pas… et restera affiché jusqu'à la fin de la prise d'otages.

 

Comment imaginer un tel degré d'ironie, de cynisme...

 

Plan sommaire de l'école et de ses alentours.

Il ne faut pas donner du crédit à l'article en anglais de Wikipedia, qui, soit dit en passant, est ridicule, pour de multiples raisons.

 

Trois raisons à cela :

 

1) Les rédacteurs incompétents.

2) Les sources incompétentes.

3) La désinformation intentionnelle envers les lecteurs.

Image satellite de l'école. (Cliquez sur la photographie pour agrandir)

La cour de l'école a deux entrées/sorties étroites. Au moment de l'attaque, la plupart des gens sont dans la cour (surlignée en bleu). Les terroristes, dont les déplacements sont représentés par des flèches rouges, bloquent les 2 accés puis parquent tout le monde dans le gymnase. En jaune, le périmètre des bâtiments de l'école.

 

Les gens sont forcés de briser des fenêtres pour rentrer à l'intérieur.

 

La cour de l'école après le massacre.
Ruslan Mikhaylovich FRAEV, un habitant local, est la première victime des terroristes.

Après avoir poussé les otages à l'intérieur, les terroristes conduisent le camion GAZ-66 jusqu'à l'entrée principale et déchargent leur matériel, qui comprend des munitions, des armes, des engins explosifs artisanaux (EEI), de la nourriture ainsi que d'autres fournitures.

 

Le camion est resté devant l'entrée jusqu'au 4 septembre puis il a été enlevé par les employés de bureau du Procureur (détectives).

 

À la vue du corps d'un terroriste, en décomposition avancée, une rumeur pris naissance concernant la presence d'un mercenaire d'origine africaine dans le groupe armé. Information totalement fausse.

Deux terroristes sont blessés : KHODOV est touché dans le bras et à l'estomac et un autre terroriste est abattu par les habitants au moment de la prise d'otages.

 

Les habitants du Caucase du Nord sont très bien armés, malgré de lourdes peines prescrites par la loi pour la détention illégale d'arme à feu.

 

Au moment de l'attaque, il y a, pour cette ville d'environ 35 000 habitants, plus de 2.200 armes à feu enregistrées (1600 à canon lisse et 600 à canon rayés). Le nombre d'armes illégales est difficile à estimer.

 

Une fois les otages à l'intérieur, les terroristes démontrent leur sérieux et leur détermination en tuant Ruslan Ramanazovich BETROZOV, père de deux enfants. Ruslan BETROZOV essayait de calmer les gens et l'un des terroristes l'a abattu à bout portant devant les yeux de centaines d'enfants. Son corps est laissé au sol pendant deux heures.

 

 

Ses deux fils, Alan et Aslan, mourront le 3eme jour dans les explosions.

 

Ruslan, Alan et Aslan BETROZOV

Après l'exécution de Ruslan BETROZOV, les terroristes commencent à mettre en place des E.E.I. (Engins Explosifs Improvisés)

 

Ils utilisent trois principaux types d'Engins Explosifs Improvisés pour piéger la salle du gymnase :

 

OZM-72 : mine anti-personnel à fragmentations, modifiée pour être reliée à une chaîne pyrotechnique à activation electrique. Cette modification est extrêmement complexe ce qui indique que la prise d'otages avait été organisée longtemps à l'avance et exclue toute improvisation de la part des terroristes.

 

Mine anti-personnelle OZM-72
La mine anti-personnelle OZM-72 pendue au panneau de basketball ainsi qu'une mine artisanale "classique" déposée dans le filet du panier.

MON-90 : mine anti-personnel en forme de mine "Claymore" contenant une charge explosive de 6,2 kg de RDX (PVV-5A) et contenant plus de 2000 fragments de métal. Deux d'entre-elles ont été placées dans le gymnase principal. Toutes deux ont été modifiées en conséquence pour s'adapter à la chaîne de mise à feu principale.

 

Mine anti-personnel MON-90
Sur cette photo, on voit nettement la mine MON-90 qu'un terroriste est entrain de connecter. L'objet en forme de "boite de conserve" à sa gauche est une autre mine OZM-72. Le sang présent au sol est celui de Ruslan BETROZOV, exécuté au milieu du gymnase.

E.E.I. "classiques": mines artisanales anti-personnel à fragmentations. Ce sont des bouteilles en plastique remplies d'explosifs et de fragments de métal.

 

Les E.E.I. artisanales trouvées sur les lieux de la prise d'otages contenaient des milliers de pièces en acier afin de causer le maximun de blessures mortelles. (Images extraites de la vidéo prise par les enquêteurs)
Le gymnase est bondé d'otages. (Image extraite de la vidéo prise par les terroristes)
Le corps sans vie de Ruslan Kharitonovich GAPPOEV : en tentant de s'approcher de l'école pour sauver sa femme et sa fille, il est tué par les terroristes.

Sa fille Dzerassa mourra le 3 septembre, sa femme survivra...

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Les archives de Beslan